Retour à la liste

Multinationale ou PME: laquelle choisir?

Publié le 12 novembre 2018 par Vincenzo Ganci

Nous avouons volontiers notre incapacité à vous indiquer laquelle, entre grande entreprise et PME, est la meilleure organisation. Ce choix est intimement lié aux valeurs, intérêts et ambitions de chacun. Nous vous recommandons un moment d’introspection, voire un soutien professionnel, afin de choisir ce qui vous convient le mieux. Vous trouverez ci-dessous quelques balises pour vous permettre de naviguer lors de votre recherche.

Le processus de recrutement, la porte d’entrée dans une organisation, est le premier élément permettant une différenciation entre une grande entreprise et une PME: plus long (jusqu’à 8-9 entretiens !), professionnel et structuré (évaluations de personnalité, mises en situation, etc.) pour la première alors que, pour la seconde, l’intuition du patron et quelques références ou recommandations peuvent suffire à valider les compétences techniques et personnelles qui, bien entendu, doivent être avérées dans les deux cas.

Une fois dans l’organisation, y vivre (ou survivre) est une toute autre affaire. Une multinationale nous confronte à davantage de politique et de bureaucratie mais aussi à des processus rodés; dans un business de plus petite taille, il sera plus facile de naviguer et d’avoir une contribution individuelle concrète et visible. « Savoir se vendre » à l’interne sera moins (ou pas du tout) nécessaire dans une PME alors que cela constitue souvent une compétence-clé dans une grande organisation, pour avancer et ne pas finir noyé dans la masse.

Dans une PME, les rapports plus étroits et personnels avec les collaborateurs ne permettent pas d’éviter ceux que l’on apprécie moins, alors que dans une multinationale, la multiplicité des cercles permet une sélection plus fine des personnes dignes de notre socialisation. Dans une petite structure, il faut se résigner à, ou profiter de (c’est selon), chevaucher plusieurs rôles ou fonctions en faisant parfois des concessions sur le plan du professionnalisme et de l’efficacité. La polyvalence est LA qualité indispensable dans une PME. Dans les multinationales, il y aura davantage de reconnaissance pour des spécialistes et leurs compétences pointues.

Dans une grande entreprise, on bénéficie en moyenne de meilleures conditions de travail et prestations sociales ainsi que d’un « statut » (il est toujours agréable d’avoir son nom écrit sur une carte de visite au-dessous d’une société reconnue). Les opportunités de carrière et de progression y sont ainsi plus élevées, mais c’est aussi là que l’on met des collaborateurs sur des voies de garage: contrairement à ce que l’intuition peut suggérer, travailler dans une multinationale n’est pas (ou plus) une garantie de longue carrière. C’est dans les PME que l’on développe un sens d’appartenance à une famille et que les relations sont plus durables.

Mais la vraie question est celle de la recherche de sens. Si certains recherchent la performance, la rémunération, la croissance à tout va et la réputation, d’autres recherchent un cadre qui transcende un succès purement comptable.

Il n’y a que chacun de nous qui peut donner un sens et à sa vie et à son activité professionnelle. Le choix entre les deux options est donc une décision éminemment personnelle. Nous constatons dans notre métier que ces choix sont souvent dépendants de la phase de vie et de la situation personnelle de nos candidats. Nous observons que nos candidats choisissent les grandes entreprises dans une première phase car elles fournissent d’excellentes opportunités d’apprentissage alors que, dans la deuxième moitié de sa carrière l’on a envie d’utiliser ses compétences dans un cadre moins structuré et laissant plus de place à l’autonomie et à la créativité, une aspiration très humaine.